SNAKE

SNAKE
EHPAD à Hem

  • Informations
  • Philosophie

2014 – études en cours
10,05 M € HT
6 564 m² SHON

Maîtrise d’ouvrage :
EHPAD Résidence les Aulnes
Maîtrise d’œuvre :
Maes architectes urbanistes
Sébastien Lepère, architecte associé
Artélia, BET
Acoustifrance, acousticien

lauréat du concours
mission complète

417 rue Jules Guesde, Hem/59

Programme :
reconstruction en site occupé
EHPAD de 105 lits, PASA & UVA

Au-delà de l’augmentation de la capacité et de la création d’une Unité de Vie protégée, il se dégage clairement du programme la volonté de construire un projet de vie bien défini. Celui-ci transparaît déjà dans le dynamisme du fonctionnement actuel, mais il est malheureusement freiné par les conditions spatiales et fonctionnelles existantes. L’objectif de notre projet architectural est donc de donner corps à ces ambitions légitimes. Pour cela, il fallait une réorganisation complète des services et fonctions.
Les difficultés de phasage sont apparues clairement comme la contrainte technique principale : comment intervenir sur des surfaces existantes sans diminuer la capacité d’accueil ni rendre très difficiles, voire impossibles, les conditions d’exploitation ? De même, que peut-on espérer de la récupération de bâtiments existants, structurellement configurés de manière impropre au fonctionnement, et nécessitant une rénovation lourde équivalente au coût d’une construction neuve ?
L’abandon des ailes de sommeil existantes est ainsi devenu l’opportunité de repenser l’organisation dans son ensemble. Pour cela, il est proposé de ne conserver que le bâtiment principal, plus ancien, symbole et identité de la Résidence, et de s’organiser autour pour le mettre en valeur.

Animer la résidence, c’est lutter contre l’isolement et la privation, et maintenir le désir. Lutter contre l’isolement, c’est inviter les résidents à quitter leurs chambres, à se déplacer vers les lieux de vie commune, poumon de l’établissement, mais aussi à proximité, dans des petits salons qui redimensionnent les unités de vie à l’échelle d’un quartier. Faire des projets d’activités, se faire un programme pour la journée, et donc penser l’avenir. Lutter contre la privation, c’est offrir des possibilités de vivre comme on l’entend, en proposant une diversité d’activités et de configuration, tout en maintenant une organisation sécurisante pour les résidents, faites de nombreux repères spatiaux et architecturaux. Maintenir le désir, c’est ouvrir la résidence sur la vie quotidienne à faire partager, l’animation urbaine par exemple. C’est pourquoi les circulations et les chambres sont largement ouvertes sur les Rues. Les espaces d’activités et de vie commune sont par ailleurs tous regroupés et orientés autour du jardin central et de sa terrasse : c’est le cœur du projet.
Le grand hall d’entrée, avec son estaminet, est la « place du village », lieu symbolique de la volonté de convivialité développé tout au long de l’organisation spatiale.




This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!